Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Gros sous en Afghanistan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeanlouis

avatar

Messages : 1079
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 48
Localisation : Grasse - Alpes Maritimes

MessageSujet: Gros sous en Afghanistan   Dim 29 Jan - 20:02

Maintenant que les usines d'armement ont bien fonctionné, que les petits trafics itinérant à chaque guerre ont bien marché on parle de retraits accéléré et combien à coûté la guerre et surtout qui va participé aux frais.
De plus on parle de fournir une aide financière, ha bon pourquoi faire car si je ne m'abuse la vente des produits opiacées en Afghanistan rapporte énormément, mais c'est vrai j'oubli que c'est un système tribale et chacun garde sa part, donc c'est vrai aidons les encore un peu, au moins on n'aura bonne conscience et se dire que nos gars ne sont pas morts pour rien.
Une petite question Monsieur le Président pourquoi oublié vous nos 82 morts et nos blessés, une fois de plus l'Histoire avec un grand H se renouvelle (bientôt il faudra comme en Indo débarqué nos morts et nos blessés en les cachant pour éviter tous problèmes..)Vive la République et Vive la France comme dirais quelqu'un de co
nnu Mad Mad


Accueil > Asie-Pacifique

L'Afghanistan a coûté à la France près de 2 milliards d'euros depuis 2008
| 27.01.12 | 18h33 • Mis à jour le 28.01.12 | 08h47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A défaut de pouvoir laisser ses soldats sur le sol afghan, après dix ans de guerre, la communauté internationale finalise un plan de "perfusion" financière qui devrait, l'espère-t-elle, permettre à ce pays de faire face au départ de l'OTAN fin 2014.

Si l'essentiel du fardeau sera assumé par l'Alliance, qui livrera les détails du financement des forces de sécurité au mois de mai, lors du sommet de Chicago, le Fonds monétaire international (FMI), l'Union européenne et la Banque mondiale porteront également la charge financière attendue par l'actuel régime afghan.

Mais, avant la signature de ces accords, le président afghan, Hamid Karzaï, fait la tournée d'un certain nombre de capitales pour signer des traités bilatéraux qui s'ajouteront aux autres aides. Il s'est ainsi rendu au Turkménistan et en Italie, avant de prévoir une escale à Paris, vendredi 27 janvier, pour rencontrer son homologue français, Nicolas Sarkozy, et signer un traité de "partenariat stratégique". Le soir même, il devait se rendre à Londres pour parapher un document de coopération à long terme avec le Royaume-Uni.

La France, qui compte parmi les plus faibles pays donateurs, devait entériner un traité de vingt ans renouvelable comprenant un volet de coopération sur cinq ans. L'effort consenti par Paris, en cette période de crise, ne devrait pas dépasser la dizaine de millions d'euros. Ils viendront s'ajouter aux 500 à 600 millions d'euros d'aides civiles et militaires déjà allouées, chaque année, à l'Afghanistan (près de 2 milliards depuis 2008).

Le financement des activités des troupes françaises, envoyées depuis 2008 dans ce pays, sur décision du président Nicolas Sarkozy, a coûté, en 2011, 522 millions d'euros. Les Américains, dont près de 100 000 soldats ont été déployés sur le terrain, dépensent, pour leur part, chaque année, pour les seules activités militaires, 130 milliards de dollars (98 milliards d'euros). Les Afghans souhaitaient qu'il existe une contrepartie financière au départ des troupes françaises, cela est encore en discussion.

La France abonde, par ailleurs, à hauteur de 18 %, aux 150 millions d'euros versés, annuellement, par l'Europe en aide au développement. Enfin, le gouvernement français attribue près de 36 millions d'euros par an pour les projets civils dans la province de Kapisa, au nord de Kaboul, où sont stationnées les troupes françaises.

Le président Karzaï s'est félicité de la décision des pays européens de verser leur aide financière directement aux autorités centrales ou régionales afghanes et non par le biais de structures intermédiaires militaires ou civiles contrôlées par des Occidentaux. Pour leur part, les Français, conscients du risque d'évaporation d'une partie de l'aide à cause de la corruption qui sévit au coeur de l'Etat afghan, s'efforcent de suivre les projets financés sur le terrain. Ce devrait être ainsi le cas pour le projet d'assainissement de l'eau à Kaboul, l'électrification des systèmes d'adduction d'eau en Kapisa ou encore le développement de la culture des grenadiers dans cette même région.

DES ACCORDS "BIENVENUS"

La coopération en matière de santé et d'éducation se poursuivra comme par le passé. L'hôpital pour enfants, au coeur de la capitale afghane, sera étendu. Les lycées franco-afghans Esteqlal et Malalaï bénéficieront de renfort pédagogique et matériel, et l'université polytechnique de Kaboul ouvrira des partenariats avec des homologues françaises.

Dans le domaine de la recherche, la France devrait aider à la création d'une structure proche du Bureau français de recherches géologiques et minières (BRGM), chargé de gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol. L'archéologie, secteur où les Français et les Afghans travaillent ensemble depuis 1922, est également visée dans l'accord de coopération.

Sur le terrain de la gouvernance, la France se propose de former une partie de l'élite administrative afghane : le corps des gouverneurs qui sont nommés par le gouvernement afghan à la tête des provinces sera formé dans le cadre d'un programme géré par le ministère de l'intérieur français, les diplomates auront accès à des sessions similaires.

" Ces accords bilatéraux sont les bienvenus, dit-on à l'ONU, à Kaboul, mais nous craignons les doublons entre tous ces traités qui s'enchaînent et peuvent nuire à la cohérence de l'aide internationale."

Jacques Follorou
Article paru dans l'édition du 28.01.12
Revenir en haut Aller en bas
bruno
Admin
avatar

Messages : 3736
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 57
Localisation : roquebrune var

MessageSujet: Re: Gros sous en Afghanistan   Lun 30 Jan - 19:06

Bonsoir les marsouins

comme dans toutes les guerres Jean-Louis ou l'interventions faites par la France
regarde bien pour le Tchad le Liban l'Irak ils sont toujours au même point surtout pour les deux premiers combien on a eu de mort et de blessé depuis tout ce temps on a toujours des militaire dans ces pays et combien de millions d'euros nous avons dépensé . est-ce que un jours ces pays trouveront la paix


_________________
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale.
Revenir en haut Aller en bas
http://marsouinsdumonde.forumdediscussions.com
Jeanlouis

avatar

Messages : 1079
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 48
Localisation : Grasse - Alpes Maritimes

MessageSujet: §§   Mer 1 Fév - 21:58

C'est vrai ce que tu dits, maintenant est ce qu'un jour ils auront la paix , perso je ne pense pas car en plus des guerres tribales pour certains pays c'est greffé maintenant les guerres d'affrontements entre musulmans ou chrétiens (de toutes obédiences confondus).
Avant ces guerres n'étaient peu ou pas connu maintenant avec l'air du numérique ou même un téléphone portable enregistre tout ce sait. Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gros sous en Afghanistan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gros sous en Afghanistan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FORUM MAQUETTES
» Adjudant Gwénaël Thomas - Un sous-officier de l'armée de l'air décède à Kaboul
» Achat de viande en gros
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: Bar des TDM :: L'Actualité-
Sauter vers: