Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Octobre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier

Partagez
 

 de larminat

Aller en bas 
AuteurMessage
colmar

colmar

Messages : 385
Date d'inscription : 08/10/2009
Age : 62
Localisation : utah beach

de larminat Empty
MessageSujet: de larminat   de larminat I_icon_minitimeVen 9 Oct - 19:31

si on faisait un petit recensement des grands de la coloniale
aujourd'hui un récent peu connu en dehors de la colo.
Né en 1895 à Alès, dans le Gard, où son père est officier des eaux et forêts, il étudie successivement à Alès, Gap, Troyes et Dijon. Admissible au concours de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1914, il passe les oraux, qui sont interrompus par la déclaration de la Première Guerre mondiale. engagé comme simple soldat au 27e RI, il est détaché au 134e RI, où il suit les cours spéciaux des élèves de Saint-Cyr. Puis, affecté au 321e RI, il est promu aspirant en août 1915 et sous-lieutenant en décembre suivant. Blessé au fort de Vaux à Verdun, en juin 1916, il refuse de se faire évacuer. Élevé au grade de lieutenant en décembre 1916 et de capitaine en septembre 1917, il est gazé en mars 1918 et blessé en juin suivant. Larminat termine cette guerre avec quatre citations, la Légion d'honneur et le grade de capitaine. Il a 23 ans. En octobre 1919, il choisit l'infanterie coloniale et part pour deux ans et demi au Maroc. Là, il prend part au combat contre les Djebalas en avril-mai 1921. Puis il est attaché à l'état-major du gouverneur général en AOF, avant d'être nommé commandant en Mauritanie. Entre 1925 et 1928, il est successivement affecté au 1er bataillon de tirailleurs sénégalais, au 1er régiment d’infanterie coloniale (RIC) et au 22e RIC. En mai 1928, il se rend en Indochine, où il intègre le cabinet militaire du gouverneur général. Promu chef de bataillon en septembre 1929, il prend le commandement du 4e régiment de tirailleurs sénégalais à Fréjus, en février 1931. Puis, de 1933 à 1935, il étudie à l'École de guerre et en sort lieutenant-colonel. En mars 1940 il est promu colonel, alors qu'il est chef d’état-major du général commandant les troupes du Levant. En mai 1940, il est nommé chef d'état-major du général commandant le théâtre d'opérations du Moyen-Orient. En juin, refusant la défaite, il diffuse des ordres pour créer une force de volontaires destinée à rejoindre les Britanniques, ce qui lui vaut d'être arrêté et emprisonné à Damas. Il s'évade rapidement et rejoint les Forces françaises libres en Palestine. En août 1940, il contribue au ralliement du Moyen-Congo à la France libre. Nommé gouverneur général de l'AEF puis membre du Conseil de Défense de l'Empire, Haut-Commissaire, il est promu général de brigade en juillet 1941. De son côté, le régime de Vichy le condamne à mort par contumace. Il organise des bataillons africains des FFL formant la 1re division française libre et la Colonne Leclerc. En décembre 1941, il est nommé adjoint du général Catroux, commandant en chef au Levant et prend le commandement des 1re et 2e Brigades FFL pendant la campagne de Libye où il organise la défense Bir Hakeim. Nommé général de division en septembre 1942, il prend le commandement de la 1re DFL en janvier 1943 et se rend en Tunisie. En juin 1943, il devient chef d'état-major général des FFL. Il rejoint le Corps expéditionnaire français du général Juin (je vous reparlerai aussi de lui) ou il commande le 2e Corps d'armée. Là, son sens tactique et son esprit de décision lors des combats contre les Allemands dans la région de Viterbo lui valent une nouvelle citation en juin 1944. En août 1944, il participe au débarquement en Provence avec la 1re armée comme commandant d'un corps d'armée. En octobre 1944, il est nommé à la tête du front de l'Atlantique et chargé de réduire la résistance allemande de l'Atlantique notamment de Lorient, La Rochelle, Rochefort et Royan-Pointe de Grave. Pendant l'hiver 1944-1945, il réorganise les FFI en cinq divisions d'infanterie. Ainsi, en avril 1945, il prend toutes les positions allemandes de la Gironde, la libération du port de Bordeaux. Après la capitulation de l'Allemagne, il prend possession de La Rochelle, Saint-Nazaire et Lorient. En novembre 1945, il est nommé Inspecteur Général des Troupes d'Outre-mer. Il participe aux négociations entourant le départ des troupes françaises de Syrie en 1946. Nommé général d'armée en 1953, puis Inspecteur des Troupes Coloniales en 1955, il est versé un an après dans la 2e section. En juin 1962, rappelé, il est nommé président de la Cour militaire de justice chargée de juger les participants au putsch d'Alger en avril 1961. Le 1er juillet 1962, il met fin à ses jours.
Revenir en haut Aller en bas
Baroudeur

Baroudeur

Messages : 355
Date d'inscription : 05/10/2009
Age : 56
Localisation : Le Marquenterre

de larminat Empty
MessageSujet: Re: de larminat   de larminat I_icon_minitimeVen 9 Oct - 20:30

Pas facile de trouver une photo de " De Larminat " [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
bruno
Admin
bruno

Messages : 3858
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 59
Localisation : roquebrune var

de larminat Empty
MessageSujet: Re: de larminat   de larminat I_icon_minitimeSam 10 Oct - 18:12

bonjour les marsouin

les troupe coloniale aussi on leur chef de guerre





vive la coloniale
Revenir en haut Aller en bas
http://marsouinsdumonde.forumdediscussions.com
Contenu sponsorisé




de larminat Empty
MessageSujet: Re: de larminat   de larminat I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
de larminat
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: Bar des TDM :: Parler de tout et de rien.-
Sauter vers: