Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Les Harkis soldats français et FRANÇAIS dans l'âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeanlouis

avatar

Messages : 1079
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 47
Localisation : Grasse - Alpes Maritimes

MessageSujet: Les Harkis soldats français et FRANÇAIS dans l'âme   Dim 27 Mai - 8:39

Combien de Harkis massacrés ?

Un petit rappel de ce que les Harkis ont payé à la France pour leur attachement à leur pays, alors que Frêche et ses amis lui préféraient ses ennemis(lire ici). Sous-hommes, vous avez dit sous-hommes ?

Article rédigé par J.J. Viala :
source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Combien de Harkis massacrés ?

Avec le temps les chiffres du massacre des harkis sont soumis à érosion, de la part du FLN et de ses amis.
Essayons d’y voir clair.

Qui est concerné ?

Les effectifs musulmans servant dans l’armée française sont passés par un maximum en janvier 1961 : 27714 sous-contrat, 60.432 appelés (dont 21000 en Europe). 63000 harkis. 7500 GMS, 19.100 moghaznis, 3060 UR-Aassès, 62.000 autodéfenses (dont 50 % armés) = 242.800 (dont 212.800 armés).


A ces chiffres s’ajoutent les représentants de l’ordre, policiers, garde champêtres, garde forestiers, caïds aghas et bachagas, et les politiques, députes, sénateurs, membres des conseils généraux, des conseils municipaux, et plus généralement toute personne ayant marqué de façon formelle son attachement à la France, soit environ 30.000.

Bien entendu, tout au long des huit ans de guerre, certains ont quitté les rangs français et d’autres les ont remplacé, en particulier les appelés, qui faisaient 27 mois comme tous les français, environ 180.000 sont ainsi passé sous les armes.

Les filles du 13 mai, ces jeunes femmes qui se sont dévoilées sur le forum, et ensuite se sont consacrées à la rénovation du statut de la femme musulmane, les "bourgeois" occidentalisés accusé de tiédeur sont aussi des cibles, surtout dans les villes.

Enfin le vieil ennemi du FLN, le MNA dont il restait de nombreux militants, en particulier dans les prisons françaises, et dont une partie a accepté l’aide des français contre le FLN. formaient une autre classe de victimes potentielles, environ 20.000 personnes.

En outre, et comme toujours dans les périodes troublées, des règlements de compte divers peuvent être liquidés sous le prétexte de l’épuration.

Au total, environ 400.000 hommes et femmes ont marqué de façon visible leur attachement à la France, ou leur hostilité au FLN., dont, hors appelés, 220.000 de façon volontaire.

La plupart sont des hommes jeunes, mais en général mariés on peut considérer qu’avec leur famille proche (femmes et enfants) environ 2 millions de personnes pouvaient être accusés d’être anti FLN de façon convaincante.

Rappel des événements :

Dès la signature des déclarations d’intention d’évian, Boumedienne lance un appel à la désertion des musulmans engagés coté français et leur promet la vie sauve. En même temps il diffuse une instruction secrète "se montrer conciliant envers les harkis afin de ne pas provoquer leur départ vers la métropole, ce qui leur permettrait d'échapper à la justice de l'algérie indépendante. Les valets du régime ne trouveront de repos que dans leur tombe."

Bien qu’un certain nombre de massacres aient lieu entre le 19 mars (signature des déclarations) et le 5 juillet (reconnaissance de l’indépendance par la France) on peut considérer ces événements comme localisés (saint Denis du sig, bou alam, saïda où le fameux commando georges a été liquidé à partir du 24 avril).

Les cibles de cette période sont les membres du MNA, abandonnés de tous, et les pieds noirs qui sont enlevés, souvent par simple brigandage, par exemple pour récupérer leur voiture.

Les moghaznis et les GMS ont été virés dans la force locale, dépendant en principe de l’exécutif provisoire, mais la force locale a très vite rejoint le FLN.

A compter du 5 juillet, mais surtout à partir de fin juillet, des massacres sont signalés un peu partout. En septembre, ces massacres prennent une sorte de coloration institutionnelle, ce sont les militants FLN revenus du Maroc de Tunisie ou de métropole qui prennent le pouvoir politique et qui organisent les massacres, confiés à la population. Il s’agit là une fois de plus de la tactique révolutionnaire visant à faire participer le peuple.

Après septembre 1962, l’armée et les pieds noirs étaient partis du bled, il n’y avait plus d’informations sur ce qui se passait dans le bled, ou extrêmement partielles, basées sur le témoignage individuel d’un miraculé.

En décembre 1962, l’ambassade de France demande à ses consulats d’enquêter sur les notables pro français, aucun n’est retrouvé vivant libre, ils sont morts, rapatriés ou " disparus " (se cachant quelque part disent pudiquement les consuls).

En 1963, d’accord avec le président Ben Bella, la croix rouge a essayé de retrouver les pieds noirs et les militaires enlevés et de s’informer sur le problème des harkis. Dans le rapport remis fin 1963, la croix rouge écrit sur le problème des harkis : "Dans l'ensemble, les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires visités ont paru satisfaisantes. Le C.I.C.R. n'est, en revanche, pas en mesure de se prononcer sur les camps relevant de l'armée qu'il n'a, jusqu'ici, pas été autorisé à faire visiter. Une liste des camps militaires que le Comité souhaiterait faire visiter a été remise le 12 août au gouvernement algérien, mais les permis de visites sont encore attendus.

Après la libération des détenus européens, les Algériens ayant servi dans les forces armées ou dans l'administration française (communément appelés harkis), composaient l'une des plus importantes catégories de prisonniers. Certains faisaient l'objet de poursuites judiciaires pour avoir pris les armes contre l'Algérie, et des avocats ont été autorisés à les défendre. D'autres étaient internés, dans les mêmes locaux, en application d'un arrêté administratif.

La visite systématique des lieux de détention a permis de recenser 2500 harkis dans les établissements pénitentiaires relevant du ministre de la justice. 1300 d'entre eux se sont inscrits en vue de leur transfert en france. Il semble que, parmi les harkis demeurés libres, un certain nombre aient été requis pour l'exécution de travaux d'utilité publique. La réintégration dans la communauté algérienne ne semble pas s'être faite sans heurts, au moins dans certaines régions, ce qui explique les hésitations du gouvernement algérien à rendre la liberté à un grand nombre de harkis détenus.

Donnant suite à la proposition du C.I.C.R., le gouvernement algérien avait néanmoins accepté, en février, de libérer les Harkis. Une centaine devait effectivement sortir peu après de la prison de Maison-Carrée.

Cependant, si le retour dans leurs douars d'origine s'est passé sans grandes difficultés pour la majorité, 5 % des libérés ont été tués, en sorte qu'un certain nombre ont été incarcérés à nouveau pour leur propre sécurité.

Le C.I.C.R. n'en a pas moins poursuivi ses démarches afin que les Harkis soient progressivement libérés avec la possibilité de choisir, à leur sortie de prison, soit d'être transférés en France, soit de rester en Algérie. Dans le premier cas, ils étaient aussitôt conduits dans un centre d'accueil de l'armée française. Dans le second, ils étaient laissés libres de se rendre où bon leur semblait, à leurs risques et périls.

Les délégués du C.I.C.R ont aussi assisté en juillet, à la libération d'environ 300 Harkis de la Maison Centrale de Lambèze, et des maisons d'arrêt de Constantine, Sétif, Maison-Carrée et Oran. Ils se sont chaque fois assurés que les intéressés pouvaient librement exercer leur option.

Il apparaît que ces libérations ont continué, sporadiquement, sans que les délégués du C.I.C.R. aient été invités à y assister. Plusieurs Harkis en détention préventive à Blida ont bénéficié de décisions de mise en liberté provisoire. Il est arrivé cependant que certains prévenus, ainsi élargis, ont aussitôt fait l'objet d'un décret d'internement administratif qui les a ramenés dans la même prison, de crainte que leur présence en liberté sur le territoire algérien ne trouble l'ordre public.

Les transferts en France posent maintes questions de caractère indéniablement humanitaire. Les Harkis désirent en général être accompagnés de leurs familles qui hésitent à quitter l'Algérie; ils attendent des nouvelles de leurs proches qu'ils ont de la peine à atteindre ; ou s'ils partent, ils tentent de faire venir leur famille en france."

Fin de la citation du rapport.

A l’été 1963, il y avait donc 2500 " harkis " en prison. Ben Bella affirmait qu’ils y étaient pour leur propre sécurité. L’historien FLN Harbi témoigne qu’il en a rencontré à Lambeze, fort heureux d’être en prison "car ils ont eu la vie sauve".

Pour les autres les témoins de massacres sont nombreux, et nous passerons ici sur les conditions atroces, il fallait les " faire mourir deux fois ". Citons seulement un bulletin de renseignement de l’armée française, daté de fin août 1962 (que l'on peut trouver dans les archives depuis qu'elles sont ouvertes) qui indique que TOUS les harkis du Constantinois ainsi que leurs enfants mâles de plus de douze ans ont été raflés et emmenés sur le barrage tunisien pour le déminer à la main. Pratiquement aucun n'en reviendra. Il s’agit peut-être des "travaux d’utilité publique" de la croix rouge.

Citons aussi une déclaration de Bentoumi au Monde le 3 juin 1963, c’est à dire pendant que la croix rouge cherchait les harkis; il explique la volonté de vengeance contre "des criminels impunis…Ceux qui sont en prison sont presque tous des opposants au régime…il faut d'abord les désintoxiquer…nous ne voulons pas les remettre à la France, parce que nous ne pouvons pas accepter une saignée de 500 à 600.000 personnes."
Enfin remarquons que les officiers français qui ont essayé de se renseigner sur le sort de "leurs" harkis n’ont trouvé que des cadavres, à l’exception du général Meyer, et du capitaine Riviére, qui signalent qu’une partie de leurs harkis n’ont pas été exterminés.

Donnons une dernière notation, en avril 1964, Mgr Duval commente aux militants de l'Action Catholique, l'impossibilité dans laquelle Caritas (ex Secours catholique) s'était trouvé de distribuer des boîtes de lait à des enfants. La police algérienne avait arrêté le camion et n'acceptait de le laisser repartir qu'à la condition que le lait ne fût pas distribué à un groupe d'enfants de Harkis massacrés par le F.L.N. Mgr Duval regretta l'intransigeance de la Police algérienne en affirmant: "Après tout, ces enfants auraient eu droit au lait. Leurs pères ont payé !"

Chiffrage :

Le chiffre de 150.000 provient du rapport de Saint Salvy, basé sans doute sur le canton d’Akbou, dont le sous-préfet a eu le temps de compter plus de 2000 exécutions sur son territoire, la quasi totalité des personnes engagées coté français. Saint Salvy, se basant sur d’autres témoignages moins exhaustifs, en déduit que dans toute l’algérie, la quasi totalité des "harkis" ont été exterminé.

Ceci d’ailleurs est en ligne avec les décisions du congrès de tripoli, "éliminer tout souvenir de la présence française".

Xavier Yacono, un pied noir professeur d’histoire de la colonisation a tenté de calculer les effectifs massacrés par des méthodes démographiques. Partant des recensements de 1954 et de 1966, calculant à partir du recensement de 1954 quelle aurait dû être la population en 1966, il en déduit par différence les pertes dues à la guerre (entre 250 et 300.000) et, connaissant les pertes de la période 1954/1962, il en déduit les pertes ultérieures. Il aboutit ainsi à 70.000 un chiffre adopté d’enthousiasme comme borne supérieure par tous les "historiens" officiels.

Cette méthode a toutes les apparences d’une méthode scientifique, mais elle néglige les erreurs possibles. Or celles-ci sont nombreuses, validité des deux recensements, mesure de l’émigration (pieds noirs et algériens), validité du taux de croissance "naturel" utilisé. Si on considère que les recensements en France, pratiqué par l’INSEE dans une population habituée à ces errements, comporte une erreur possible de l’ordre de 1%, et que 1% du recensement des dix millions d’habitants d’algérie à cette époque est cent mille personne, on voit que le résultat de la mesure est de l’ordre de l’erreur possible. On doit donc passer par pertes et profits ce calcul.

La seule façon correcte consiste à compter les "harkis" survivants. Il y a eu environ 20000 rapatriés en France (90000 avec les familles) ; la croix rouge en retrouve en 1963 2500 plus ceux cachés dans les camps militaires. De 1963 à nos jours pratiquement aucun n’est parvenu en France, réclamer la sécurité auquel il a droit.

Les enfants de harkis sont toujours poursuivi d’une rancune tenace. Les harkis réfugiés en France et leurs enfants sont interdits de visa en algérie au motif que la population pourrait leur faire un mauvais sort.

On doit se rendre à l’évidence, les harkis (et sans doute une partie de leur famille) ont été éradiqués du paysage algérien, comme aussi les pieds noirs l’ont été.

Le chiffre des morts, toutes raisons confondues, c’est à dire y compris par réduction à la misère, par refus de soins, par brimades quotidiennes est égal au nombre de "harkis" concernés, soit 220.000 moins ceux qui ont été épargnés : les 20.000 rapatriés les 2500 en prison repérés par la croix rouge, sans doute un bon tiers des moghaznis et des GMPR, (qui se sont ralliés au FLN avec la force locale) 8000, la moitié des engagés, qui pouvaient rentrer chez eux en comptant sur le silence de leurs familiers, 10.000, reste 180.000.

A ceci il faut ajouter la famille, les femmes, les enfants (tous ceux de plus de 12 ans dans le constantinois) les "bourgeois", les règlements de compte divers.

Conclusion :

On voit que le chiffre de 150.000 n’est pas un chiffre ridicule et exagéré comme on essaye de le faire croire, mais bien plutôt une limite inférieure.

On voit aussi que le gouvernement algérien a tous les moyens de donner la liste des harkis qui ont survécu aux épurations de 1962/1963, et que son attitude encore totalement bloquée sur le sujet doit être considérée comme un aveu.

J.J. Viala
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je ne pense pas que cette homme siffle la Marseillaise, s'essuie l'arrière train avec le Drapeau de Notre Nation, non j'ai connu des hommes de cette trempe et je les ai vues pleurer en écoutant la Marseillaise, les pieds-noirs qui m'ont fait connaitre ces gens m'ont dit "cela ne sont pas comme les autres, respecte les car ils nous respectent et respectent la France..."
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Harkis soldats français et FRANÇAIS dans l'âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et la Normandie devint française!
» Forum Français exprime toi!
» meringue française
» Au début de la Première Guerre mondiale, l'aérostation française est très limitée
» La musique française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: histoire militaire :: guerre d'algérie-
Sauter vers: