Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 "Mes rêves avaient un goût de sel"

Aller en bas 
AuteurMessage
L'Artilleur

avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : A vos 12h00

MessageSujet: "Mes rêves avaient un goût de sel"   Jeu 20 Sep - 16:29

Bonjour,


Je vous présente la sortie du livre d'un membre du forum "Aumilitaire.com", "Mes rêves avaient un goût de sel" !

Arrow [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Copier coller du lien :


Bonjour à tous,


Je vous annonce, pour ceux qui ne sont pas encore au courant, la sortie du livre de ROYCO :

Mes rêves avaient un goût de sel
Itinéraire d’un nageur de combat de la Marine

Pour le commander, rendez vous sur le site amazon :
Commander le livre !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Voici une présentation du livre et de l'auteur :


Résumé


« Après quelques questions d’usage sur ma famille et mes études, le gradé qui était devant
moi me demanda ce que je voulais faire dans la Marine Nationale. Sans complexe ni
hésitation je lui répondis : « nageur de combat. »
« Maurice, viens vite voir, nous avons un plaisantin », dit-il en s’adressant à un de ses
collègues qui se trouvait dans la salle. Tu veux être… ? Tu sais de quoi tu parles ? »
1965, Jean-Pierre Roybon, jeune toulonnais de tout juste dix-sept ans et fou de plongée sousmarine, fait ses « trois jours » de sélection en vue de s’engager dans la Marine.

Un brin goguenard, le recruteur lui détaille les degrés de la très haute échelle, aux barreaux plutôt glissants, qui lui permettrait d’accéder à son rêve : d’abord le brevet élémentaire de fusiliermarin à l’école de Lorient, puis le redoutable stage commando, le même que celui que
passaient, un peu plus de vingt ans plus tôt, les hommes du commandant Kieffer avant de
débarquer en Normandie, ensuite le brevet parachutiste, à Pau, quelques mois très actif au
sein d’un commando de la Marine, et la possibilité d’accéder, peut-être, au cours de plongeur
de bord, lequel pouvait, toujours éventuellement, permettre d’accéder aux épreuves de
sélection du cours de nageur de combat.
Si par hasard on avait survécu à tout cela sans faire
le fatal faux-pas sanctionné par un verdict d’inaptitude, alors on accédait au cours lui-même :
sept mois de labeurs et d’efforts acharnés sous la menace de l’exclusion définitive toujours
possible, jusqu’au dernier jour, avant de recevoir enfin l’insigne tant convoité aux deux
hippocampes ailés et le numéro de brevet qui faisait de vous un nageur de combat.

Jean-Pierre Roybon méritera son rêve en surmontant toutes ces épreuves, et le raconte sans forfanterie, car ce n’est pas seulement son aventure qu’il évoque, mais aussi celle de tous
ceux qui sont entrés dans la vie par la dure école des fusiliersmarins, qu’ils aient ou non atteint, comme lui, le plus haut degré de ce podium.
Il décrit son parcours pour devenir le nageur de combat n°407 (moins de 1 000 à ce jour), puis son passage au très discret commando Hubert, l’unité fameuse des Nageurs de Combat de la Marine.

Jean-Pierre Roybon raconte avec une verve joyeuse et décapante, écrivant comme il parle
avec son bel accent méridional qui fleure bon le thym et la farigoulette, en particulier
lorsqu’il raconte, en bon toulonnais, ses « coups » dans le fameux « Chicago », basse-ville et
quartier « chaud » du Toulon de l’époque. C’est sans la moindre exagération en revanche, ni
la plus petite rodomontade, qu’il décrit son entraînement et les techniques employées.
Un précieux et très complet récit de souvenirs de la vie d’un nageur de combat.


L’auteur


Né en 1948 à Toulon, quartier du Mourillon, Jean-Pierre Roybon entre dans la Marine en 1965. Fusilier-Marin, certifié commando, il est affecté au Commando de Monfort avant de pouvoir accéder au cours de Nageur de Combat, dont il sort certifié en 1968. Il est alors affecté au Commando Hubert, à Saint-Mandrier.
Mais à la suite d’un tragique événement familial, qu’il raconte dans son livre, il prend la décision d’écourter sa carrière militaire et quitte l’uniforme en 1972 pour devenir plongeur professionnel pour la Direction des Travaux Maritimes, carrière qui le mènera jusqu’en Polynésie.
Revenir en haut Aller en bas
bruno
Admin
avatar

Messages : 3801
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 58
Localisation : roquebrune var

MessageSujet: Re: "Mes rêves avaient un goût de sel"   Jeu 20 Sep - 18:31

merci à Toi L'Artilleur Laughing

_________________
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale.
Revenir en haut Aller en bas
http://marsouinsdumonde.forumdediscussions.com
 
"Mes rêves avaient un goût de sel"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les rêves du nageur de combat avaient un goût de sel
» Les dinosaures avaient-ils des plumes
» En aout on construit...besoin conseils
» 51 % des Français ont une vision négative des jeunes
» des amoureux turcs avaient creusé un trou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: littérature :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: