Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Qu'en pensez-vous ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Artilleur

avatar

Messages : 1060
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : A vos 12h00

MessageSujet: Qu'en pensez-vous ?   Mar 19 Nov - 0:38

Bonjour les Marsouins,


Que pensez-vous de cette histoire ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Copier coller du texte au cas si le post disparaît ...


Bonjour,

J’avais déjà fait une discussion sur mon problème, qui n'a reçu aucune réponse. On s'est donc débrouillé seul avec mon mari et SON régiment.

Pour refaire l'histoire et rajouter ce qu'on a réussi à faire.
Jeune soldat, je fini mes classes je commence la semaine d’après ma FSI qui dure 3 mois, je fini 3 eme. Je rentre en compagnie dans la foulée. Puis 2 semaines après je fais un stage sur un matériel spécifique de ma section qui dure 3 mois. Je suis la seul MDR, je réussis avec brio. 1 mois plus tard je passe mon CTE spécialisé. Je fini 6eme. Un mois plus tard 3 mois de mcp puis départ pour 5mois et demi. Retour maladie. 4 mois plus tard je passe mon CME je fini 6 eme avec mention bien. Pendant mon CME je passe une journée complète à passer les tests pour devenir sergent analyste au CFIAR. Je réussis je suis envoyé à st Maixent 8 mois plus tard (depart reporte suite a une blessure dans un raid régimentaire 15 jours avant de partir a st maixent, chute entorse genoux) la suite……… je l’explique en détail ici.

Je suis parti en Afrique ou j'ai contracte un paludisme neurotoxique falciparum, malgré la paludrine (nous dormions dehors, patrouille, avec un matos complétement foutu cela a été signalé mais le matériel a mis trop de temps a arrivé, la cause ? fermeture du camp).
La veille de rentrer en France j'ai fait un malaise, le test de la goutte épaisse étant négatif mais ayant des doutes le médecin m'a donné un papier, au cas où. Je suis arrivée à mon appartement dans un état second, tellement, que ma collègue, qui était venue me chercher au régiment, m’a emmené aux urgences ou je suis arrivée quasi inconsciente avec 41,7 de fièvre. Le temps que les médecins se mettent d’accord entre méningite et paludisme et acceptent de lire les documents militaire j’ai passé la nuit dans mon jus sous des tas de glaçons. Le lendemain test de la goutte épaisse: positif. Transferts d’urgence au service des maladies tropicales et infectieuses. Une semaine d’hospitalisation ou j’ai failli y passer, balançant entre 41 et 42 de fièvre.

Le médecin me donne 3 mois de repos. Retour au régiment avec plus ou moins la forme. Le temps passe et plus ça va plus je suis fatiguée et plus je suis à bout. J’ai l’impression de ne plus rien contrôler, de flotter. Les gens autour de moi me disent que je suis devenue moins sérieuse, que je ne fais pas d’effort. Je passe mon CME avec mention bien, je passe mon test (pendant mon cme !) pour devenir sergent analyste, je le réussis), mais les choses s’enveniment, j’oublie de plus en plus, il faut me répéter les choses.
En 2010 je pars pour st Maixent. Rien ne va plus. Je fais un pétage de plombs. Je suis diagnostiquées P2T (pour ceux qui ne sauraient pas : psychologique 2 temporaire = dépression). J’appelle mon chef de section qui me demande ce qu’est P2T, ne le sachant pas à ce moment la ni le sergent qui est avec moi, on lui répond qu’on ne sait pas. Nous nous renseignons toutes les deux à l’infirmerie: dépression…ah. Bon tant pis.je m’effondre.
Je rentre au régiment, dans le train mon lieutenant m’appelle une heure avant mon arrivée en gare « on a tout le temps de parler tu vas m’expliquer tout ça en détail, ne t’inquiètes pas ce n’est que partie remise etc. etc.). je pensais qu’il était au courant. Bref.
J’arrive à la compagnie tout le monde me regarde avec compassion et me dit :" ce n’est pas grave ton genou s’en remettra". Mon genou ? J’ai toujours eu une faiblesse au genou suite à une double entorse au ligament externe et interne (diagnostique comme étant une tendinite par le médecin du régiment, ça fait peur... bref) pensant que le lieutenant a dit ça pour qu’on me fiche la paix, je ne réponds pas et je file au bureau. On parle un peu puis lui aussi me parle de mon genou. Je lui demande pourquoi il me dit: « ben t’es pas blessé au genou ? » je lui réponds: « vous ne savez pas ce que ça veut dire P2T mon lieutenant ? » négatif. Je lui dis « ça veut dire dépression nerveuse ». Là il a soupire profondément ; il s’est levé de son siège et m’a dit qu’il devait partir qu’il n’avait pas le temps. Et m’a renvoyé chez moi.
Ce passage est important pour moi car à partir de là je n’ai eu plus aucun soutien de ma compagnie, ni même de mon régiment. Au contraire des que je rencontrais quelqu’un il se détournait, m’ignorait.... j’ai même eu droit à une, en souriant : "ça va les vacances payées par l’armée ?".  On ne m'a pas appelle une seule fois pour savoir comment j'allais mais, en outre, on m'a appelle 14 fois en une semaine pour que je ramene une boussole que j’avais perçue pour st Maixent. J’étais sous Lexomil mais j’en ai eu tellement marre qu’on m’appelle a 6 heures du matin que j’ai pris la voiture et de rage j’y suis allée. Je faisais partie du local optique, en voyant le cahier et toutes les boussoles qui manquaient encore (bien avant mon départ) je me suis mise à pleurer. Le sergent et le capo-chef avec moi ont signalé qu’on me cherchait sérieusement des noises.
par la suite pas de suivi. J’ai même appelé le PEVAT pour lui demander ce que je fais dans ma situation et je lui parle de mes soucis avec la compagnie. Il me répond : y’a beaucoup de gens qui sont en dépression et eux ils ne font pas chier ! (je l’ai appelle deux fois en 2 mois……)

Bref. Deux ans plus tard je n’ai toujours aucune nouvelle.
Quelques mois plus tard mon retour de st maixent, mon psychiatre trouve étrange que j’oublie des choses que je me perde en venant chez elle ou que j’oublie les rdv. Elle me demande d’aller voir un neuropsychologue à l’hôpital pour passer un bilan cognitif. Résultat effrayant. Je ne mémorise plus, j’ai de très gros problèmes de mémorisation (mémoire de travail au ras des pâquerettes), d’orientation et d’organisation ce qui n’était pas le cas avant, puisque ma spé étant le morse (j’étais ILBS, Très bon niveau). Direction neurologue civil avec tout le dossier qui va bien. Trace de problème ayant un rapport avec une maladie organique.

Transfert des données au psychiatre militaire qui me suit. Il m’envoie à val de grâce. Résultat choquant : maladie imputable au service car cause maladie organique ayant gravement atteint l’hippocampe (gestion de la meoire, de l'apprentissage et de l'orientation) la dépression étant une des séquelles de cette maladie du coup.
Dans ma tête je passe du rang de « je suis un petit moral, une grosse merde que tout le monde ignore et qui ne mérite aucun soutien » a « merde je suis vraiment malade en fait…….»  C’est malheureux mais ça m’a fait un bien  fou de le savoir et de se le dire.

Deux ans plus tard toujours aucune nouvelle de mon régiment, le gspi me gère comme il peut. Comme tout a été fait en retard je paye en demi-solde, la mutuelle me complète à 80%. Ce qui donne quand même 200 euros de moins que prévu.
Les anciens combattants m’ont envoyé voir un expert qui m’a, semblerait-il au vu des dires des services, un taux considérables, tous les médecins civils et militaires (j’en ai une dizaine en tout) disent la même chose. La situation devait donc se régler.
Le psychiatre militaire a fait la synthèse de tout ça et l’a envoyé au médecin du cmec (je sais plus). Mais celui-ci a déclaré que c’était « non imputable au service »……….. Personne n’arrive à y croire…..

Excédée et fatiguée je replonge. Mon mari n’en peux plus il va voir son capitaine. Celui-ci l’envoi chez un juriste (l’ancien nous avait envoyé chier). Celui-ci se met en colère et nous dit que ce n’est pas normal tout ça. Qu’a fait mon régiment. Pourquoi mon oeh dit n’avoir aucun blessé ni malade, pourquoi la cabat n’a pas mon dossier ???? Il nous donne tout plein de numéros.

A l’heure où j’écris la situation n’est pas du tout résolue. MAIS l’assistante sociale va enfin venir me voir (semblerait qu’elle aurait dû depuis longtemps), la CABAT a enfin mon dossier et s’en occupe. Je viens d’adhérer à l’association des gueules cassées spécialisées dans les pensions et invalidités, le juriste va mettre ( enfin !) mon chef de corps au courant qu’il a un mec dans les choux, le chef de corps de mon époux et va faire péter sur l’OEH et le PEVAT.

Aujourd’hui je ne fais plus le métier pour lequel j’ai tout donné, je ne peux plus travailler et a 26 ans je vais être invalide, je ne peux pas pour un bon moment, envisager de fonder une famille (de peur d'oublier mon bébé dans la voiture par exemple) ……. J’ai perdu mon travail, ma dignité, ma confiance en moi, ma santé, ma carrière, mes connaissances (désolé je ne peux plus les appeler mes amis).  Je vais chez un orthophoniste (ou mes copains de salle d’attente sont des enfants) pour espérer récupérer un peu de fonction de mémorisation, je continu d’aller chez un psychiatre qui me dit que ce n’est pas ma faute et que je ne suis pas une faible, je vais chez un neuropsychologue, une neurologue, et tout ceci je l’ai en double dans le militaire. Je suis suivi dans un service militaire psychiatrique (de quoi vous ruinez totalement le peu d’ego qu’il vous reste), le traitement m’a fait prendre 15 kilos, et j’ai perdu tout la musculature que j’avais suite a pas de sport.

Ce sont les gens que je connaissais à peine du régiment de mon mari qui ont pris de mes nouvelles.  Mise à part cette poignée d’inconnue je suis seule. Énormément de personnes de ma compagnie habite dans mon village, personne ne m’a contacté ne serais ce que pour prendre des nouvelles, quand je les croise au supermarché ils changent de rayon… même mon parrain militaire m’a laissé tomber car il « avait honte ».

Un ancien adjudant de chez moi a entendu parler de cette histoire, de son nouveau régiment il m’a appelle et a voulu savoir la vérité. Ce qui m’a fait plaisir se sont ces mots : ça m’étonnait aussi tu as toujours été un super soldat et t’aurais été un super sergent !, je vais appeler le chef untel, qui m’a demandé de tes nouvelles (autre régiment) pour le lui dire » quand vous entendez ça au bout de deux ans d’ignorance et de regard hautain ça vous sauve la vie. J’ai pensé a des choses terribles pendant ma dépression et aujourd’hui je me rends compte que la grosse merde ce n’est pas moi, mais tous ceux qui m’ont tourné le dos.
Exclue et malade, j’ai subi une double peine pendant deux ans et demi.

Voilà. J’attends de voir ce qui va se passer mais si ça trouve je n’aurais rien du tout….

Quelquefois j’aurais souhaité avoir une blessure qui se voit tout de suite, une blessure physique… ça aurait été tellement plus simple.

Je me doutais que je n’aurais pas de réponses sur ce forum au moment même ou j’ai mis « dépression » les dépressifs ne sont pas malades, ils volent leurs soldes c’est bien connu !

Voilà un coup de gueule qui j’espère ne sera pas censure pour dire qu’il y a des blessés qui ne sont pas écoutés et complètement oubliés.

Si vous avez des problèmes de santé et que vous n'êtes pas écoutés ni soutenus ou qu'on vous oublis, allez voir un juriste, contacter la CABAT.
Revenir en haut Aller en bas
aarona

avatar

Messages : 391
Date d'inscription : 17/11/2010
Age : 58
Localisation : TAHITI

MessageSujet: Re: Qu'en pensez-vous ?   Mar 19 Nov - 7:06

c'est clair que la personne en question est dépressive, il faut que son mari soit très proche d'elle. je souhaite vraiment qu'elle puisse sortir de ce tunnel (facile a dire, qu'on ont y est pas confronté), bon courage quand même à cette personne.
Revenir en haut Aller en bas
bruno
Admin
avatar

Messages : 3678
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 57
Localisation : roquebrune var

MessageSujet: Re: Qu'en pensez-vous ?   Mer 20 Nov - 20:11

bonsoir L'Artilleur
Moi ce que je trouve pas normal qu'il n'a pas de soutien de son régime et encore moins de ces camarades . Le problème quand tu quittes la compagnie pour une école tu pars plusieurs mois
et en plus ce militaire et tomber malade entre-temps plusieurs mois ses écoulés absents du régiment . ces pour sa qu'il n'avait plus le soutien de sa compagnie et surtout du régiment
que je trouve anormal

_________________
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale.
Revenir en haut Aller en bas
http://marsouinsdumonde.forumdediscussions.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'en pensez-vous ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'en pensez-vous ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» que pensez vous de ces sourcils ?
» Mutsy d'occas: qu'en pensez vous?
» que pensez vous du siege 2/3 cybex en promo chez carrefour?
» benefit... qu en pensez vous?
» Grazia, Envy et Be, que pensez-vous de ces nouveaux magazines féminin?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: Bar des TDM :: Parler de tout et de rien.-
Sauter vers: