Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Mai 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Maison de la dernière cartouche

Aller en bas 
AuteurMessage
Jeanlouis

avatar

Messages : 1079
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 48
Localisation : Grasse - Alpes Maritimes

MessageSujet: Maison de la dernière cartouche   Dim 17 Jan - 17:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
bruno
Admin
avatar

Messages : 3775
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 58
Localisation : roquebrune var

MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   Dim 17 Jan - 17:44

LES
REGIMENTS A LA BATAILLE DE BAZEILLES


Pour la première fois
dans l’histoire des troupes de Marine, dont la création remonte à 1622,
quatre régiments de

marche : 1er, 2e, 3e et 4e RIMa

(« Marsouins » et « Bigors ») sont réunis pour constituer la division
d’Infanterie de Marine, baptisée « Division Bleue ».

Cette division commandée
par le général de Vassoigne est composée de deux brigades :

La première, général Reboul,
est formée du 1er Régiment
d’Infanterie de Marine de Cherbourg et du 4e
de Toulon.

La deuxième, général
Martin des Pallières, est formée du 2e
Régiment d’Infanterie de Marine de Brest
et du 3ede Rochefort.

Le Régiment d’Artillerie
de Lorient fournit trois batteries.

La Division Bleue fait
partie du 12e
Corps d’Armée de
Mac Mahon.

_________________
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale.
Revenir en haut Aller en bas
http://marsouinsdumonde.forumdediscussions.com
colmar

avatar

Messages : 385
Date d'inscription : 08/10/2009
Age : 61
Localisation : utah beach

MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   Dim 17 Jan - 18:01

tres beau post bruno

ils étaient à un contre dix, face au 1er corps d’armée bavarois dont l’artillerie était de plus en plus fournie, le général de Vassoigne a dit que "l’infanterie de marine a atteint les extrêmes limites du devoir" et sonna la retraite afin d’éviter le massacre intégral de la troupe. La division Bleue a perdu 2 655 hommes au cours de ce seul affrontement, mais a provoqué des pertes du double au moins chez un ennemi supérieur en armement et en nombre. Quarante Bazeillais trouvèrent la mort au cours des combats des 31 août et 1er septembre. Cent cinquante autres moururent des suites de leurs blessures dans les six mois qui suivirent la bataille. L’adversaire, pour sa part, avait laissé sur le terrain 7 000 tués dont plus de 200 officiers. C’est la raison pour laquelle cet épisode a été retenu par les marsouins, avec notamment l’immortalisation par le peintre Alphonse de Neuville de la défense de l’auberge Bourgerie, où l’on peut voir le commandant Lambert et une poignée d’hommes défendre la maison dans des conditions particulièrement difficiles, et jusqu’à l’épuisement complet des munitions.
Revenir en haut Aller en bas
bruno
Admin
avatar

Messages : 3775
Date d'inscription : 04/10/2009
Age : 58
Localisation : roquebrune var

MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   Dim 31 Jan - 18:19


Bientôt la lutte entre Bazeilles et la Moncelle devint d’une extrême
violence, et les bavarois voulurent profiter de leur supériorité
numérique pour aborder à la fois de front et de flanc l’imprenable
villa Beurmann. Mais, bien qu’appuyés par une artillerie contre
laquelle, en raison de la distance, les batteries de réserve du 12e
corps français ne pouvaient rien, ils ne réussirent pas encore à
triompher de l’énergique résistance que leur opposait l’infanterie de
marine. La villa Beurmann nous resta.
Pendant ce temps les
bavarois avaient enfin conquis Bazeilles en ruines. Les vaillants
défenseurs de la villa Beurmann, attaqués de front par la grand-rue,
pris à revers par des compagnies bavaroises qui avaient réussi, en
s’ouvrant avec des serpes un passage à travers les haies, à déboucher
du parc de Monvilliers, venaient d’évacuer la petite citadelle si
bravement et si longuement défendue.
La division de Vassoigne se
replia sur Balan ou arrivait en même temps la division Lacretelle ;
toutes deux s'y postèrent pour tenir tête encore au flot des
assaillants. Une heure après, Bazeilles presque entier était en flammes.

Au nord de Bazeilles, dans une maison isolée qui touche au faubourg
de Balan et qui s’appelle la maison Bourgerie, une poignée d’hommes
s’étaient barricadée et, prolongeant la résistance avec une incroyable
audace, tenait en échec pour ainsi dire un corps d’armée tout entier.
Le 15e
régiment bavarois cernait la maison, fusillait les fenêtres, mais
n’osait cependant pas tenter un assaut. Les défenseurs, dirigés par
trois officiers d’infanterie de marine, le commandant Lambert, les
capitaines Ortus et Aubert, avaient transformé les ouvertures de la
maison en meurtrières par lesquelles ils décimaient les assaillants.
Vainement ceux-ci amènent-ils renforts sur renforts ; vainement leurs
projectiles réduisent-ils en miettes les matelas dont sont barricadés
les fenêtres, labourent-ils les boiseries et les portes ! Des deux
chambres du premier étage, où se tiennent ces intrépides soldats, part
un feu de mousqueterie continu, dont les résultats sont sanglants pour
l’ennemi. Bientôt, cependant, la petite troupe diminue ; les blessés
gisent pêle-mêle avec les morts, sur le lit, sur le sol taché de larges
plaques rouges…Les chambres sont remplies d’une fumée âcre et épaisse
qui asphyxie, les plafonds se trouent et les murs s’éventrent, jetant
partout des débris qui sont autant de projectiles…Le général bavarois,
impatienté de cette résistance prolongée, la fait maintenant réduire
par le canon. Mais voici, pour comble d’infortune, que les munitions
s’épuisent ; on vide les cartouchières des blessés et des morts…Encore
trois coups à tirer…encore deux…encore un ! Celui-là c’est le capitaine
Aubert qui le tire lui-même, tandis que le commandant Lambert, sa
cuisse blessée enveloppée d’un mouchoir, regarde, appuyé sur
l’entablement du bahut placé près de la fenêtre, et que les soldats,
les poings crispés et la figure contractée, attendent, la rage au cœur
de leur impuissance, que la mort vienne les chercher ! Enfin ; le terme
de cette lutte héroïque est arrivé. Le commandant Lambert descend, fait
ouvrir la porte, et s’offrant en holocauste à l’exaspération des
bavarois, présente sa poitrine. Une vingtaine d’hommes l’entourent, en
poussant des cris de haine et de fureur. les baïonnettes le menacent de
toutes parts…Il va être massacré, quand un capitaine bavarois se
précipite entre lui et ses soldats, le couvre de son corps et lui sauve
la vie…Le nom de cet ennemi généreux ne doit pas être passé sous
silence. Il s’appelait Lessignold.
Quant aux survivants de la
défaite, ils étaient quarante à peine, presque tous blessés. On les fit
prisonniers. Le soir, on conduisit les trois officiers au prince royal
de Prusse.
-« Messieurs, leur dit-il, je n’admets pas qu’on désarme d’aussi braves soldats que vous.
Gardez votre épée ! »
D’ailleurs, toute cette défense de Bazeilles est absolument glorieuse.

La division de Vassoigne a perdu là 32 officiers tués, 70 blessés, et
2555 hommes hors de combat. Les bavarois y ont laissé 2500 hommes
environ.



(Extrait de Histoire Populaire de la Guerre de 1870-1871 du lieutenant-colonel Rousset).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale.
Revenir en haut Aller en bas
http://marsouinsdumonde.forumdediscussions.com
L'Artilleur

avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : A vos 12h00

MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   Mar 15 Juin - 16:16

Très beau post.

J'aurais une question par rapport à ce cliché
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les hommes qui portent des pantalons rouge, sont de quel régiment ?
J'avais pensé à chez nous, de l'Artillerie de Marine, mais je ne me souvient pas si les Bigors portaient à l'époque un pantalon rouge ..... scratch


Lire l'histoire
http://www.troupesdemarine.org/traditions/histoire/hist001.htm
Revenir en haut Aller en bas
L'Artilleur

avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : A vos 12h00

MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   Mar 15 Juin - 18:41

Les hommes en pantalon rouge sur la peinture de la bataille de Bazeilles, on dirait des hommes appartenant à l'arme du Train comme sur ce cliché....
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Membres du train d'équipage

képi rouge, habit bleu avec col à patte rouge,
pantalon rouge

(Comme les fantassins de la ligne)
Revenir en haut Aller en bas
L'Artilleur

avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : A vos 12h00

MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   Mar 15 Juin - 20:01

J'ai une réponse, le soldat allongé avec le pantalon rouge, est bien un Fantassin d'un Régiment d'Infanterie Métro. Il n'est pas TDM.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maison de la dernière cartouche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maison de la dernière cartouche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dernières acquisitions Septembre/Octobre 2010... (photos ajoutées)
» mélange à crêpe maison
» Le Havre. La Maison des arts du récit.
» article-payer les mères à la maison,tout le monde y perdrait
» Stage en maison d'édition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: histoire de votre régiment et TDM :: les troupe de marine et son histoire-
Sauter vers: