Marsouins de France et d'outre-mer

Ce forum est dédié à tous les marsouins de France et d'Outre-mer, pour se retrouver, quelque soit le régiment duquel ils sont issus. Infanterie, Bigor, Cavalerie, parachutiste. et à tous nos frères d'armes.
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez
 

 sous-officiers, Armée de Terre

Aller en bas 
AuteurMessage
Guy



Messages : 567
Date d'inscription : 20/02/2010

sous-officiers, Armée de Terre Empty
MessageSujet: sous-officiers, Armée de Terre   sous-officiers, Armée de Terre I_icon_minitimeLun 4 Nov - 12:41

Salut
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
article très intéressant, ainsi que quelques commentaires qui malheureusement disparaitront.
Il y est question de l'ENSOA, présentée en gros ici :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

J'ai été EVSO en 1978, à l'époque la formation durait 9 mois, si succès au CM1 (certificat militaire de premier degré) vous étiez envoyé dans une école d'application : infanterie à Montpellier, blindés à Saumur, transmissions à Agen etc.

Pour ma part ce fut l'échec mais l'enseignement est toujours resté et fut utile, même dans le civil!
J'étais à la 123 (1er bataillon, 2è compagnie, 3è section).

Au début nous étions une quarantaine, une dizaine à la fin.
Dans le même temps, « l’attrition », c’est à dire la dénonciation d’un contrat durant les premières semaines de service, reste un « sujet de préoccupation », notamment à l’École nationale des sous-officiers d’active [ENSOA] de Saint-Maixent. « La dénonciation des sous-officiers, sur l’ensemble du 1er quadrimestre de 2019, est légèrement inférieure à celle de 2018 [19% à deux mois de la consolidation des chiffres], ce qui est encourageant. L’objectif en 2019 est inchangé et consiste à maintenir à 15 % la dénonciation des engagés volontaires sous-officiers à l’ENSOA », avance M. Gassilloud. a écrit:

Vrai que cela dégageait vite, au moins jusqu'au CME (certificat militaire élémentaire). Je pense qu'il s'agit plus de mental que de physique. Mon souvenir à un calédonien qui n'avait jamais mis de chaussures, alors des rangers : il est parti très vite...
Très physique : parcours du combattant, marche commando, piscine... Après, comme fait exprès, cours en salle : j'avais du mal à garder les yeux ouvert!

L'encadrement était de qualité inégale mais en général très bon

Mon chef de section était un lieutenant des Chasseur, issu du rang (ex sous-off!). Grand, blond, pète sec, surnommé "le ss" par les élèves des autres sections. Je ne le sus qu'après quelques mois, quand nous pûmes sortir et discuter avec les autres sections.
Le leitmotiv du lieutenant était : "faites comme moi". Comme dit dans la vidéo, le chef doit être exemplaire. Cela peut paraitre c.n, mais le soldat a absolument besoin de cela.
Le lieutenant disait aussi souvent "la troupe est à l'image du chef"...

Son adjoint était un adjudant des paras colo' accompagné d'un sergent chef de l'infanterie.
Un trio redoutable!

Bien sûr en 2019 le contexte a changé

en 1978, pas de filles. Les première sous-officières ( Razz ) que j'ai croisé date du retour de mon second Liban... Pas non plus de clique avec des tambours aux hermines de Bretagne, ni de binious et musique écossaise.
Au passage merci aux élèves de la vidéo pour "les Africains"!
Le chant de la compagnie était "les oies sauvages" et la section... "les lansquenets".

Intéressants aussi les commentaires d'Opex 360 tel celui ci :
LAHYRE 3 novembre 2019 à 12:36
Il serait peut être bien en parallèle que le gouvernement pense à rendre plus attractifs le métier… Ce que je veux dire, c’est que vous comme moi, connaissons des SO qui glandent des journées entière en garnison, ou qui passent des mois et des mois à faire des boulots de vigiles (sentinelle), résultat… Un désintérêt au bout de quelques mois / années, d’engagement, surtout chez les jeunes. Je remontrai aussi les recrutement catastrophiques de ces dernières années au niveau des HDR, où l’on a été, sur décision gouvernemental, « piocher » en « zone racaille »… Cela démotive nombre de SO qui doivent encadrer des gars qui n’ont rien à foutre dans une unité et qui n’aiment pas la France la plus part du temps, il n’est pas rare de voir des drapeaux d’autres pays (non UE !) dans les chambrées…. Enfin, que dire de nombre de politiques aux commandes depuis des années, qui sont « gaucho-antimilitariste primaire », ce qui ne favorise pas non plus la motivation des hommes… Bref, il faut repenser bien au-delà de la simple formation des SO !!! a écrit:

Il ne faut pas glisser la poussière sous le tapis!
Cela démotive nombre de SO qui doivent encadrer des gars qui n’ont rien à foutre dans une unité et qui n’aiment pas la France la plus part du temps, il n’est pas rare de voir des drapeaux d’autres pays (non UE !) dans les chambrées…. a écrit:

Déjà le drapeau de l'UE ou un pays membre, c'est limite!
Excusez (ou pas) ma vision d'engagé volontaire du XXè siècle mais un soldat français est payé pour servir le pavillon tricolore et rien de plus, voilà pourquoi j'écrivais
Pas non plus de clique avec des tambours aux hermines de Bretagne, ni de binious et musique écossaise. a écrit:
Après, on fait quoi? Aux couleurs de sa ville? De son village? De son quartier?

il n’est pas rare de voir des drapeaux d’autres pays (non UE !) dans les chambrées… a écrit:
J'avais bien compris, il s'agit des drapeaux des éternels insatisfaits à qui ils ont filé des papiers français.

Les cadres qui laissent faire cela, qu'ils soient sous-off ou plus sont des gamellards.

Autre intervenant :
Bonsoir , je serai bref .
Il y a qq mois , j’étais a une commémo de Camerone . Il y avait un détachement de braves garçons de St/Maix . Il allaient avoir leurs galons dans 8 jours . Avec un ancien Légio , nous parlions de Kolwezi... pas un de ces futurs « Sergent » connaissaient et pas plus le Sergent instructeur .
La passion de l’Armée est passée , c’est juste un « Boulot ».
Bien Paramicalement . a écrit:

Marrant, 1978, quand je me suis engagé; c'était Kolwezi...
Bref, la passion de l’Armée est passée , c’est juste un "boulot".
Ben non, L'Armée ce n'est ni une passion, ni une gamelle. C'est parfois à la vie, à la mort; le tout est de savoir pour quoi on prend ce risque.
Amitiés

Revenir en haut Aller en bas
 
sous-officiers, Armée de Terre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marsouins de France et d'outre-mer :: histoire militaire :: l'armée en générale ces guerre et ces conflit-
Sauter vers: